video installation Marie AUGER, espace Alain Le Bras, Nantes 2012

//video installation Marie AUGER, espace Alain Le Bras, Nantes 2012

video installation Marie AUGER, espace Alain Le Bras, Nantes 2012

En mettant vos pas dans ceux des enfants, vous entendrez peut-être la petite musique de l’histoire qui vous est contée ici. Une histoire  de terre et de cendres, lointaine et  si proche. C’est un peu de l’histoire de Nous, qui n’en finit pas de chercher sa propre fin comme le vieux serpent qui se mord la queue. Et qui une fois œuvrée la destruction, trouve néanmoins le ressort qui le fait se dresser encore pour tenter le sauvetage.

 

« Et je vis mais j’ai été mort »               Apocalypse de Jean

 

Comme l’archéologue gratte la terre pour faire émerger les images des Anciens et nous faire entendre la chanson triste ô combien familière,  Notre musique *, j’ai fouillé  le sol et j’ai trouvé les textes anciens de peu de foi en l’homme qui attisent les haines.

 

Et je les ai brûlés.

 

Et j’ai  imaginé de nouvelles pages vierges de tout récit pour de nouvelles histoires belles à vivre aux enfants de demain.

 

J’ai écouté les voix des Hommes. Elles pouvaient  être belles.

 

Puis  j’ai montré la violence dans la chevelure tondue, la douleur inscrite aux yeux des touts- petits. J’ai ramassé les jouets brisés et je les ai pansés pour que vous en soyez témoins et pour raviver le serment : « Plus jamais ça ».

 

Il faisait froid. Il faisait sombre. Je ne savais plus quoi faire.

Alors j’ai soufflé sur  le tapis de cendres.

 

J’ai cherché, j’ai regardé et sur la route* j’ai découvert la tache, petite, de couleur qui réanime  la fin du récit de Mac Carthy : une simple fleur des champs émergeant de toute sa force étrange dans l’immensité de cendres et de neige grises.

 

Aux pieds de la mère et de l’enfant, j’ai planté le myosotis.

« Vergiss mein nicht », dans la langue des poètes allemands, « ne m’oubliez pas ».

 

« L’âme des pères, qui tant de siècles, souffrirent et moururent en silence, revint dans les fils_ et parla. »  (Michelet)

 

L’âme des pères, l’âme des mères, ce sont  elles qui hantent nos voix de filles et de fils d’aujourd’hui.

 

Et c’est de leurs cendres que nous avons à renaître.

La poésie en plein cœur.

 

                                                     Marie AUGER

 

                                         Atelier Alain Le Bras, mai 2012

 

 *  Jean Luc Godard, Notre Musique, 2004

 *  La route, Cormac Mc Carthy, 2006

 

By |2017-03-08T11:53:28+00:00septembre 12th, 2014|Installations|
ante. commodo ut justo libero libero. Phasellus